La génération Internet sera-t-elle la génération Hadopi ?

Article écrit pour le journal « Age de faire » du MJS en juin 2009.

Notre génération a vu grandir avec elle une révolution industrielle dont on ne soupçonne pas encore toutes les conséquences. Parmi celles-ci :

  • la numérisation supprime les coûts unitaires de production. Cela change radicalement notre conception de la rareté et de la propriété privée. Télécharger un mp3 ce n’est pas voler une baguette de pain car si le pain était numérique on pourrait le multiplier gratuitement (et sans intervention divine).
  • l’effet réseau permet une distribution « virale » : tout le monde participe (en créant ou en faisant connaître). Ce n’est plus la distribution de masse qui distribue à tout le monde la même chose en même temps.

Mais ce que la technologie propose, c’est à l’être humain d’en disposer. Nos choix politiques nous mèneront donc :

  • soit à une uniformisation totale : le jeu de la concurrence faisant émerger un produit « parfait » (Internet Explorer, l’Ipod, Britney Spears…) qui est ensuite distribué à l’infini à des coûts minimes.
  • soit à une diversité incroyable : chacun pouvant donner (puisqu’il n’y perd rien) et recevoir l’ensemble des contributions (wikipedia, emule,…) et ce, sans censure possible.

La droite vise la première option :

  • soit par l’interventionnisme autoritaire (Hadopi) qui veut conserver un modèle où producteurs et distributeurs gardent la main en criminalisant la concurrence de l’espace non marchand (les « pirates ») et en ne faisant rien pour les artistes.
  • soit par l’ultra libéralisme qui veut conserver Internet comme une jungle sans loi où les intérêts privés finiront par écraser cet espace non marchand qui ne sait pas comment assurer seul la rémunération des artistes.

La gauche doit donc promouvoir cette nécessaire protection des échanges non commerciaux : la licence globale. Ce forfait supplémentaire sur les abonnements Internet est une garantie, par l’état et non par des opérateurs privés, d’une source de revenus sûre pour les artistes (proportionnellement aux téléchargement de leurs oeuvres) et d’un accès libre pour tous à une immense diversité culturelle.

Dans ce nouveau champ de lutte, abandonné par l’opinion publique aux forces libérales et conservatrices qui poursuivent le même but, notre génération est la mieux placée pour trouver les réponses justes car elle est née avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *