Lutte des classes vs Domination

Voilà un truc écrit il y a longtemps sur un sujet (la domination) qui m’obsède un peu. Je sors ça à la suite du débat sur #metoo, #balancetonporc. Et surtout à l’excellent article de Caroline Desvaux : Je ne suis pas #metoo. Mais comme son article ça dépasse très largement (et dans mon cas ça n’a presque rien à voir) avec les récits des agressions sexuelles. 

J’ai l’impression que Bourdieu est comme une mise à jour de Marx (même si je n’ai vraiment lu aucun des 2 – faut être honnête)

Les problèmes

1) la lutte des classes empêche le dépassement. En très simplifié : une lecture “marxiste” de l’apartheid amène à chercher à remplacer la domination blancs sur noirs par celle des noirs sur les blancs (Zouma) et pas l’égalité, le vivre ensemble, etc. (Mandela) – ce qui est pour moi la lecture “bourdieusienne”.

Autre façon de le voir : la domination n’implique pas pour moi que l’une des parties est – de façon absolu – préférable à l’autre. Seulement que l’une impose ses normes à l’autre. Les hétéros dominent les homos mais les 2 devraient être possible. Pas tout l’un ou tout l’autre.

Une des erreurs (en tout cas des caricatures du marxisme) est de dire que la classe ouvrière devait être partout et que le luxe était à proscrire…

 

2) Elle laisse penser à une vision binaire alors que la chose est beaucoup plus complexe et multiple :

  • argent : riches sur pauvres
  • education : diplômés sur sans diplôme / ou “intelligent/pas intelligente” (notion à laquelle il faut ajouter toutes les formes d’intelligence)
  • physique : grands sur petits, beaux sur moches, sans handicap sur handicapés
  • genre : hommes sur femmes
  • sexualité : hétéros sur homos
  • ethnie : blancs sur noirs
  • localisation géo : parisiens sur provinciaux
  • capital social : ceux qui des gens influents sur les autres. Le fameux “Mais vous savez qui je connais”

Pourquoi l’argent est le principal problème

La capitalisme/libéralisme installe l’argent comme système de domination. Or il cristallise tous les autres. 1000 exemples :

  • domination des hommes sur les femmes renforcés par la dépendance financière,
  • L’accessibilité des sites web n’est pas mis en oeuvre dans la plupart des sites car non rentable

De plus il me semble que c’est le plus transférable (héritage) et en même temps le plus facilement modifiable politiquement => revenu universel !!!

 

Faut-il combattre les systèmes de domination ?

1) Clairement il y a une pente naturelle : il est plus facile d’accepter la domination que de renoncer à dominer l’autre.

1000 exemples hallucinants : résignation dans les camps de concentration malgré le faible nombre de gardiens, lavage de cerveau extrêmement efficace des dictatures (Corée du Nord), etc.

Mais si on va dans le sens de cette pente naturelle, on légitime voire favorise toutes ces horreurs !

 

2) Je reviens souvent à cette histoire de “Liberté, égalité, fraternité” parce que je pense que c’est simple mais très éclairant.

Pour moi c’est l’arnaque maximum des libéraux : le libéralisme renforce la domination (voir plus haut) et DONC contraint la liberté et l’émancipation.

Car la domination est un système renfermant y compris pour les dominants puisqu’il sert aussi à reproduire un système de valeur (voir Pinçon Charlot sur le sujet).  A la question “Et toi tu n’as pas envie de faire hériter tes enfants ?” je réponds “oui bien sûr si mais je veux aussi qu’il soit libre d’être homo et je sais que cette liberté n’est garantie que si on lutte contre toutes les formes de domination”.

 

Comment combattre ?

Bien sûr il semble préférable pour organiser un dépassement de la chose, de travailler sur l’incitation ou l’obligation de moyen (égalité de salaire par exemple pour les hommes et les femmes) et pas l’obligation de résultat (quota).

 

Mais on voit que sur beaucoup de sujets que ce n’est pas suffisant (représentation des femmes….).

A mon avis cela est dû à la pente naturelle (voir plus haut) et aussi à l’aspect inconscient de la domination.

Je pense que l’exemple des femmes est très bon : nombreux sont les mecs qui ne pensent pas être macho mais agisse en dominant sans s’en rendre compte . Dans une émission de @asi avec Caroline de Haas (sur la 1e loi travail donc pas grand chose à voir avec la choucroute), elle dit qu’elle doit partir à cause d’un “équilibre vie pro / vie perso” et Schneidermann ajoute “oui vous avez la babysitter”… bon elle fait un peu la gueule et on la comprend.

Je le vois aussi sur le respect des règles d’accessibilité sur le web : même dans un cadre réglementaire (mais sans sanction lourde), elles sont rarement mises en oeuvre car il y a la pente naturelle à s’en foutre est trop forte, même pour les gens qui y sont sensible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *